Le coach est un accoucheur de savoirs cachés

À quoi cela sert un coach ?
À nous poser des questions, des tas de questions.

Quels types de questions ?

 

Des questions ouvertes, des questions fermées, de celles qui servent à clarifier notre manière de penser ou qui révèlent nos ambigüités.

Des questions reformulation pour permettre de comprendre ce que nous venons de dire.

Des questions éclairantes qui mettent en lumière nos filtres et nos croyances.

Des questions récoltantes afin de recueillir des informations plus précises sur la manière dont nous vivons émotionnellement un événement personnel.

Des questions miroirs qui servent à refléter nos présupposés et nos généralisations sur telle situation.

Des questions factuelles pour rétablir les faits et lever nos interprétations erronées concernant telle analyse.

Un coach questionne, encore et toujours.

Dans l’histoire du coaching, on considère Socrate comme le premier coach connu. Socrate était là pour disait-il : « accoucher les esprits et faire exprimer un savoir caché en soi ».

Un coach est donc la sage femme de l’accouchement des pensées et des ressentis les plus profonds d’une personne. Il lui arrive même parfois dans sa pratique d’utiliser les forceps pour donner naissance à la vérité authentique du coaché. 😉

Socrate

Un coach donne t-il des solutions ?

Non, car c’est le coaché qui détient à l’intérieur de lui les solutions à son problème. C’est le questionnement précis et subtil du coach qui l’aidera à les trouver. Certaines questions permettent de s’en poser d’autres et c’est ainsi que le coaché peut aller sur un chemin de compréhension différent et trouver ses nouvelles solutions.

Peut-on se questionner tout seul ?

Oui bien entendu nous pouvons, mais nous aurons plus de mal à le faire efficacement car si nous n’avons pas trouvé jusqu’alors la solution à notre problème, c’est que nous pensons toujours de la même manière.

Einstein disait : « On ne peut pas résoudre un problème avec le même niveau de pensée que celle qui l’a créé ». En résumé, nous ne sommes pas la meilleure personne pour résoudre le problème que nous avons créé car sinon nous ne l’aurions pas créé.

Quand nous nous questionnons, nous utilisons notre cortex et notre cerveau limbique qui vont aller voir dans notre mémoire si nous n’avons pas déjà résolu ce type de problème. Si ce n’est pas le cas, nous allons devoir analyser ce nouveau problème.

Sauf que si notre problème existe et persiste, c’est que nous en sommes en grande partie les responsables.

En effet, notre cerveau ne va pas aimer chercher une solution qui déconstruise ce qu’il a lui-même mis du temps à créer. Notre cerveau aime rester dans sa zone de confort et pour passer dans sa zone d’audace, il ne faut pas trop compter sur lui.

Par contre, si nous décidons de le faire avec l’aide d’un coach, c’est différent car nous ne sommes plus seul sur le chemin de notre vérité et l’on sait bien qu’il est plus doux de faire un chemin difficile avec quelqu’un d’encourageant à nos côtés.

Le coach sert donc à nous poser des questions nouvelles, celles que précisément notre mental n’aime pas parce qu’il souhaite avant tout nous protéger de l’inconnu, source de danger éventuel.

Le coach va durant votre parcours de coaching nous questionner afin de nous aider à passer d’un état non satisfaisant de notre situation actuelle à un état désiré source de d’évolution et de résolution.

Dès le début d’un coaching, le coach va vouloir mieux nous connaître en nous posant des questions du genre :

«  Sur une échelle de 1 à 10, à combien évaluez-vous actuellement votre vie de famille, vos relations avec vos enfants, votre vie de couple, votre vie professionnelle, votre vie sociale….. »

Le coach va vouloir connaître notre problème et connaître l’objectif que nous souhaitons atteindre.

Il va aussi questionner notre objectif afin de le préciser. « Est-il atteignable ? Est-il évaluable ? Est-il assez fun ? etc… »

Le coach souhaite faire accoucher le besoin qui se cache souvent derrière l’objectif déclaré. Nous souhaitons un nouveau travail pour gagner plus d’argent ? C’est un bel objectif mais n’est ce pas plutôt un besoin de reconnaissance que nous recherchons comme par exemple que notre femme soit fière de nous ?

Le coach nous demandera donc : « En quoi est-ce vraiment important pour vous d’atteindre cet objectif et avez-vous pensé aux risques encourus si vous ne l’atteignez pas ? ».

Le coach nous questionnera pour détecter notre motivation et notre degré de désir de changement et permettre ainsi d’évaluer nos chances de réussite.

Le coach va nous questionner à chaque séance, à chaque moment qu’il estimera utile de le faire et sans demander notre permission.

« Alors avez-vous mis en place l’action dont nous avions parlé la dernière fois et comment cela s’est-il passé ? »

« Vous ne l’avez pas mise en place ? Je vois ! »

Le coach nous interrogera pour savoir pourquoi nous n’avons rien fait et il cherchera à découvrir nos stratégies de sabotage qui nous ont fait cette fois-ci échouer.

Il nous donnera aussi des questions pour nous challenger.

« Est-ce que vous seriez prêt à tenter cette expérience ? »

Il nous posera des questions pour nous cadrer.

« Vous préféreriez mettre en place laquelle de ces options ? »

Il nous questionnera pour nous faire réfléchir d’une autre manière.

« Et si vous étiez un super héros, que feriez-vous dans cette situation ? »

Il nous questionnera également pour nous faire réagir.

« J’ai l’impression lors de cette séance que vous ne souhaitez plus vraiment résoudre votre problème, qu’en pensez-vous ? »

Le coach ne vas pas se contenter de la première réponse donnée par le coaché. Il ne va pas le lâcher jusqu’à ce que le coaché découvre la vraie raison qui l’a empêché d’être à l’aise dans l’expérience vécue.

Durant ma démarche de coaching, il y aura des questions de différentes couleurs. Des questions roses pour créer la relation de confiance entre le coach et son coaché, bleues pour commencer à évoquer de manière générale votre sujet et rouge pour aller en profondeur dans l’analyse.

Il y aura des questions de forme. Des questions carrées pour indiquer le cadre de la relation ou pour demander de choisir entre une ou plusieurs options définies. Des questions triangle afin d’évoquer les jeux de rôle que nous tenons parfois dans notre vie, le rôle du sauveteur, du bourreau ou de la victime. Des questions ovales pour comprendre que nous sommes tous reliés les uns aux autres et que nos actions ont toujours des conséquences au-delà de notre personne.

Le coaching n’est pas un jeu sur nos connaissances, on n’est pas dans « Question pour un champion ». En coaching, notre culture générale ne nous servira pas à grand-chose et pour atteindre la finale et sortir en vainqueur ce sera plutôt du courage, de la motivation dont nous aurons besoin.

J’ai une question à vous poser maintenant à vous cher lecteur, chère lectrice. Je vous demanderai de noter sur un papier vos réponses.

Qu’est ce qui vous dérange le plus chez un de vos collègues par exemple ?

Une fois que vous avez écrit vos réponses sur cette feuille, retournez-la.

Ces premières réponses proviennent de votre mental et vous savez bien qu’il a horreur du changement donc toutes ces réponses ont peu de chances d’être les bonnes.

Je vais vous demander maintenant de fermer les yeux, de respirer calmement par le ventre et de vous répéter cette question plusieurs fois. Ressentez ce que vous dit votre corps, votre cœur, laissez venir à vous des réponses sans les chercher dans votre tête. Privilégiez vos ressentis, vos émotions, votre intuition pour y répondre. Attendez au moins cinq minutes avant d’arrêter.

Normalement, vous devriez trouver d’autres types de réponses qui seront plus proches de votre vérité.

Friedrich Nietzsche disait : « On entend seulement les questions auxquelles on est capable de trouver une réponse ».

Un coach nous aidera à lever nos filtres et nos croyances limitantes afin que nous soyons à nouveau prêts à entendre tous les types de questions et ainsi trouver nos nouvelles réponses.

Travail avec le coach professionnel :

Notre coach nous écoutera pleinement, dans la bienveillance, le non jugement et en toute confidentialité. Ce rapport de confiance nous permettra d’exprimer nos émotions et ressentis en toute sécurité et de découvrir nos savoirs cachés.

Avec un coach nous n’aurons plus peur d’exprimer qui nous sommes vraiment et de trouver nos nouvelles solutions.

Thierry Chaume
Coach professionnel

www.competenceshumaines.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *